Flexycore

Actuellement, la start-up est le mode de démarrage de toutes entreprises qui veulent entrer sur le marché, mais cela est aussi valable si on veut démarrer quelques choses d’autres comme les produits de l’entreprise, les services et même des idées. Le mot startup (ou start-up) est un mot anglophone d’origine américaine, diminutif de startup company. Il est composé de start (commencer en français) et up, notion de hauteur, d’élévation. Il s’agit donc littéralement d’une « société qui démarre ».

Petite historique

L’intérêt pour les startups a été une constante de l’histoire des bourses de valeurs, constatée en particulier dans les années 1920 à Wall Street, lors de la radiomania entourant les dizaines de startup profitant des progrès technologiques dans la TSF, qui prend le relais des spéculations constatées dès 1912 lors du Scandale Marconi.

Le pic de l’engouement pour les start-ups, qui bénéficie aussi aux petites sociétés de biotechnologies et aux Sociétés minières junior, a lieu entre 1997 et 2001.

Depuis, le terme est presque utilisé seulement par des internautes. Il semble toutefois que devant l’impopularité de l’expression française « jeune pousse », le terme start-up regagne du terrain. Ce terme peut être utilisé pour toutes les jeunes entreprises qui ont un potentiel de croissance rapide, quel que soit le secteur concerné (biotechnologies, numérique, environnement…).

La start-up Rennaise dans tous ses états

Dans la progression et la saturation du marché, la start-up rennaise a réussi son coup, car toutes les sociétés situées à rennes ont été revendues au plus offrant, cela est dû à la réussite totale de l’intégration de la ville du système start-up, grâce à cela, Google a revendu l’une des nombreuses start-ups rennaises plus de 16,9 millions d’euros. Cela est une épreuve irréfutable de ce succès, dans ce cas cette transaction qu’a accomplie Google sur la start-up FlexyCore a éveillé la curiosité de chaque entreprise

Ce qu’a fait FlexyCore pour susciter l’attention des investisseurs

FlexyCore propose des solutions pour accélérer les performances des smartphones. Une transaction effectuée il y a un an, mais rendue publique aujourd’hui seulement.

L’information de l’achat a été confirmée par la technopole Rennes Atalante. FlexyCore a été créée en 2008 à Rennes. La société est dirigée par le très discret Gilbert Cabilic, ancien chercheur à l’INRIA et ancien directeur du centre de recherche et développement rennais de Texas Instruments.

À sa création FlexyCore avait été soutenue par l’incubateur Emergys financé par les collectivités locales et le conseil régional de Bretagne. Pour se lancer, FlexyCore avait réussi à lever 1,5 million d’euros. Aujourd’hui, la société est vendue à Google près de 17 millions d’euros. « Une belle réussite et la preuve que l’incubation, ça marche », précise Rennes Atalante.

38 ans. Web Innovateur. En plein lancement d’une start-up innovante dans l’univers du web et des transports. Ancien consultant en stratégie digitale. Touche à tout.