Inspiré du calendrier des “dieux du stade”, le premier calendrier de la station biologique Roscoff a été dévoilé dernièrement. Roscoff est une station de recherche située dans le département du Finistère en Bretagne.

Il s’agit d’un calendrier qui laisse voir la nudité de 12 chercheurs de la station biologique. Celui-ci s’est voulu aussi bien structuré que celui des rugbymen français qui sont très connus pour mettre le feu avec leur fameux calendrier chaque année. Cependant, cette action que certains taxent de désinvolte est motivée par une cause du moins noble et bien que l’idée de faire un tel calendrier soit survenu lors d’un pari anodin, les montants recueillis vont servir l’intérêt général.

Un calendrier particulier

La station biologique Roscoff est plus connue pour ses travaux de recherche qu’autre chose, seulement la sortie du tout premier calendrier de cette station va la rendre plus célèbre que jamais. En effet, l’idée de faire un calendrier semblable à celui des “dieux du stade” est partie d’un simple pari. Il était question que deux collègues laissent pousser la barbe pour l’extraordinaire “mois de la moustache”. De ce fait, à la fin du pari qui a été lancé par Gurvan Carou, un technicien archiviste de la station, des photos ont été réalisé et l’une d’elle a eu beaucoup de succès sur la toile. Par conséquent, l’idée d’en faire un projet plus sérieux est apparue comme évidente.

Gurvan Carou ainsi que Elodie Bourrigaud ont donc entrepris de convaincre leurs autres collègues à se laisser tenter par une aventure photographique. Alors, il a fallu après quelques hésitations, puis 12 séances de pose effectuées sur deux semaines pour obtenir le résultat final. Le travail a entièrement été réalisé par les employés de la station ; du photographe Wilfried Thomas aux neuf autres qui ont servi de modèles. Aussi, de jolies photos assez pudiques sont représentatives de chaque mois du calendrier. L’idée était de photographier chaque acteur dans son domaine d’exercice quotidien et c’est ce qui a été fait.

Agir pour la bonne cause

A l’image du calendrier dont a été inspiré celui de Roscoff, les fonds issus de ce projet vont être mis à profit pour l’évolution des recherches scientifiques. Ainsi, les quelques exemplaires qui ont été imprimés ont pas mal été apprécié. D’ailleurs, la station biologique compte bien remettre cela en 2018 cependant, les femmes seront à l’honneur cette fois. Un travail mieux préparé et mieux ficelé est donc de rigueur, toutefois les dames ont hâte de relever à leur tour le défi et d’être un minimum à la hauteur.

24 ans. Rédactrice web indépendante / Formatrice en rédaction web. Autoentrepreneuse. Ex. Digitaleo. Spécialisée dans les univers lifestyle, mode, voyage et actu.