Docteur ! Puisque tu me donnes de la morphine, je ne vais plus aux toilettes, mes selles sont dures, ça fait mal et mon estomac est enflé. Expliquez-moi…

Les opioïdes (morphine et ses dérivés) sont des médicaments utilisés pour le traitement de la douleur. Cependant, ils induisent des effets secondaires notables : le plus commun étant la constipation.

Lire également : Quel est meilleur laxatif naturel ?

Mais alors pourquoi une substance qui soulage ma douleur m’empêche aussi d’aller aux toilettes ?

A lire aussi : Pourquoi j'ai les paupières gonflées au réveil ?

Morphine (M) sur son récepteur

Les opioïdes comme la morphine s’attachent à des récepteurs spécifiques (appelés récepteurs opioiddergiques).

— Les récepteurs opioiddergiques centraux sont situés dans le cerveau et dans la moelle épinière. — Les récepteurs opioiddergiques périphériques se trouvent dans le reste du corps, en particulier dans le tube digestif.

Effet central Lorsque les opioïdes s’attachent à leurs récepteurs dans le cerveau et la moelle épinière, ils réduisent la sensation de douleur et induisent la effet analgésique recherché par le traitement. Les opioïdes n’agissent pas (ou peu) là où se trouve la douleur (dans la plaie, la prothèse ou la tumeur, par exemple).

Effet de périphérique S’attachant également au tractus gastro-intestinal, les opioïdes provoquent des effets indésirables au niveau digestif.

L’action des opioïdes sur les récepteurs centraux induit un effet analgésique. Ces mêmes récepteurs au niveau périphérique induisent des effets secondaires digestifs.

Ok, la morphine fonctionne à la fois sur mon cerveau et mon tube digestif, mais pourquoi est-elle constir ?

La morphine et ses dérivés se fixent aux récepteurs opioïdes présents dans tout le système digestif. Ces récepteurs sont particulièrement abondants dans le côlon (gros intestin). Les opioïdes agissent sur les mouvements du côlon et la réabsorption des fluides.

Le côlon n’est pas seulement un tube passif immobile. Cet organe produit deux types de mouvements distincts. Tout d’abord, le côlon brasse la nourriture afin de compléter la digestion. Ensuite, il se contracte plus fortement afin de propulser le bol de nourriture vers le rectum. — Les opioïdes stimulent les mouvements de brassage, ce qui retarde la progression des aliments le long du tube digestif. — Les opioïdes réduisent les mouvements des propulseurs utilisés pour faire avancer les aliments. — En outre, les opioïdes rendent les selles dures et sèches. Ils augmentent l’absorption du liquide dans le tractus gastro-intestinal. Cette diminution du liquide dans le tube digestif « sèche » les selles. En résumé, la morphine et ses dérivés ralentissent le transit des aliments et réduisent les émissions de selles.

Gauche : Transit normal du bol de nourriture à travers le côlon. Droite : Constipation due aux opioïdes.

Si je comprends bien, mes selles sont bloquées dans mon colon et sont toutes dures, mais comment puis-je améliorer mon transport en commun ?

Lors du traitement des opioïdes, la prévention est le meilleur moyen de lutter contre la constipation.

Des laxatifs spécifiquesBoire suffisamment (1,5-2 litres par jour) et l’exercice de l’ (tels que bisacodyl ou extrait d’argousier combiné avec du lactulose ou du lactitol ou du macrogol) seront prescrits tout au long du traitement. Ainsi, il est nécessaire de prendre un traitement laxatif quotidien même si votre transit fonctionne tout à fait normalement. Comme le dit si bien l’adage populaire : « La main qui prescrit un opiacé, prescrit le laxatif ». activité physiquerégime riche en fruits et légumes est recommandé. Cependant, il n’est pas recommandé (dans les limites de vos possibilités) stimule votre transit et aide à lutter contre la constipation. Un de consommer des laxatifs sous forme de fibres ou de mucilages (tels que Plantin psyllium, son, graines de lin), qui combinés avec des opioïdes, provoquent l’effet inverse et aggravent la constipation.

Mesures à prendre pour prévenir la constipation due aux opioïdes.

Si malgré toutes ces mesures, la constipation se développe, un traitement laxatif plus spécifique sera adapté à vos besoins par votre médecin.

Et connaissez-vous d’autres astuces pour lutter contre la constipation ? Partager

Poste écrit et illustré par Mme Marion Franzosi, étudiante en médecine Message lu par le professeur C. Luthy, C. Cedraschi et M. V. Piguet Aucun conflit d’intérêts n’est signalé par l’auteur et les évaluateurs.

Références

Morphine. Réponses à vos questions. Réseau de douleur HUG

Le tabouret et leur mystère. Santé de la planète

Effets secondaires des opioïdes : agir contre la constipation tout au long du traitement. Institut national du cancer