La Bretagne est depuis toujours une terre d’élevage. Aujourd’hui, parce qu’elle n’a pas su changer de mode de production, elle subit une crise sans précédent qui impacte de manière durable les éleveurs bretons. Alors, l’économie participative est-elle une solution pour l’avenir de cette filière dans nos contrées ?

Des expériences qui fonctionnent

Un peu partout en France et en Europe, de nombreuses initiatives se développent en faveur d’une autre économie rapprochant producteurs et consommateurs, un modèle permettant à tous de s’y retrouver.

L’un des exemples régulièrement cité est celui de la boucherie Côte à l’Os en Belgique francophone. Thierry Depuydt qui est à sa tête à la suite de ses parents a relancé cette boucherie artisanale et haut de gamme en revenant aux bases de son métier. Pour cela, il s’est donc rapproché de producteurs locaux à la recherche d’une qualité.
Comme le relate Rtbf.be, il a ainsi remis au goût du jour une façon de consommer d’autrefois qui consistait à acheter une vache ou un cochon à plusieurs familles, en direct de chez l’éleveur.

cochons

Un modèle qui semble bien réussir puisque cinq éleveurs supplémentaires sont désormais intéressés par la démarche de ce boucher nouvelle génération. Il faut dire qu’ils peuvent ainsi vendre à un meilleur prix leur production tandis que les consommateurs profitent eux d’un produit de meilleure qualité à un prix plus avantageux.

La Bretagne en marche, mais à petits pas

Des démarches comme celle de Thierry Depuydt, il y en a d’autres, et à chaque fois elles fonctionnent.
En revanche, en Bretagne, ce modèle n’en est même qu’aux prémices. Les producteurs de fruits et légumes, mais également les éleveurs proposant la vente en circuit court sont encore peu nombreux et inégalement répartis sur le territoire breton.

Pire, s’il devient de plus en plus facile de trouver via des Amap des légumes et fruits de saison en provenance de producteurs du terroir, il n’est pas de même pour tout ce qui est production animale. Un comble quand on sait que la région est l’une des plus grosse productrice de cochons au niveau national.

Les choses devraient toutefois changer dans les années à venir puisque la nouvelle génération de producteurs et d’éleveurs bretons semblent résolument tournés vers les circuits courts, probablement parce qu’ils ne sont plus systématiquement issus du monde agricole, à l’image des 5 jeunes entrepreneurs en cours d’installation à la Ferme des 5 Sens à Guipry (Ille-et-Vilaine).

38 ans. Web Innovateur. En plein lancement d’une start-up innovante dans l’univers du web et des transports. Ancien consultant en stratégie digitale. Touche à tout.