Il arrive que la nature se montre imprévisible et incompréhensible de temps en temps, à cet effet, on est tenu de gérer certaines de ses caprices de manière ponctuelle. La Bretagne a été récemment le théâtre d’un spectacle offert par dame nature, un de plus qui pousse définitivement le gouvernement à prendre des mesures. Le cas des algues vertes qui se multiplient encore devient de plus en plus embarrassant.

Bien que certaines plantes poussent naturellement, les algues vertes sont aussi répandues en Bretagne à cause de la pollution engendrée par les divers produits chimiques qui servent d’engrais agricoles. Pour pallier à cette situation qui subsiste, il est question que des règlements soient revisités.

La situation actuelle

Pour le moment, les côtes sont envahies par des algues vertes qui sont principalement le résultat d’une accumulation de produits toxiques que l’on utilise dans le but d’ensemencer les cultures.Le ministre de l’Ecologie a officiellement pris sur lui l’engagement de travailler à réduire considérablement les nitrates et phosphates déposés sur les plages en France, mais surtout en Bretagne. Il a justement déclaré que le cas de la Bretagne serait classé en priorité et que le gouvernement ferait réduire d’au moins 40% les pollutions dans le genre.

On se souvient du cheval mort asphyxié et de son cavalier qui avait fait un malaise; puis des deux chiens qui étaient morts en 2008 sur une plage bretonne. Tous ces incidents qui ont été d’un grand impact sur le quotidien des activités sur les plages bretonnes ont contribués à améliorer la situation actuellement. En outre, bien que le gouvernement tente de gérer cette situation, on constate des conséquences sur plusieurs domaines de la vie en Bretagne. Le plus embêtant dans cette situation c’est que le facteur économique ait été évoqué. En d’autres termes, les causes de cette accumulation d’algues vertes ont fait matière à débat.

Les causes et les conséquences

Des études ont montrées que l’accumulation des algues vertes résulte en grande partie de l’utilisation des engrais chimiques. L’ennui c’est que le secteur agricole de la Bretagne constitue un enjeu bien assez important pour créer la polémique. En effet, la Bretagne est comptée parmi les régions les plus productives de France, de ce fait, elle occupe une place de choix au niveau de l’économie française. Les activités qui confère à la Bretagne ce statut sont la pêche, l’agriculture et l’élevage principalement. On comprend alors que si les produits utilisés pour accroître les cultures venaient à constituer un handicap majeur pour le bon développement de la région, cela serait définitivement problématique.

Toutefois, les secteurs qui en souffrent parallèlement sont le tourisme et l’immobilier. On note que les plages qui étaient autrefois bondés de monde sont moyennement délaissées par les touristes qui préfèrent glander ailleurs que près des redoutables algues vertes toxiques. Ce phénomène qui est tout aussi d’actualité qu’il y a quelques années n’a pas encore été complètement résolu mais, des solutions sont apportées progressivement. Par ailleurs, opter pour l’utilisation de produits naturels pour les cultures serait une équation potentiellement acceptable étant donné qu’elle pourrait rétablir l’équilibre dans les différents milieux.

38 ans. Web Innovateur. En plein lancement d’une start-up innovante dans l’univers du web et des transports. Ancien consultant en stratégie digitale. Touche à tout.