Les conséquences d’une conduite nerveuse

La conduite d’une voiture est une expérience agréable au quotidien surtout si on roule au volant d’un véhicule neuf. Chaque conducteur possède un style de conduite différent. On distingue surtout la conduite souple et la conduite nerveuse. En effet, certains circulent en prenant le risque d’enfreindre les limites de vitesse, soit parce qu’ils sont pressés ou stressés, soit parce qu’ils adorent les sensations fortes. Ce mode de conduite n’est pas sans conséquence. Quelles sont les situations auxquelles sont exposées les personnes qui ont une conduite nerveuse sur la route ?

Le risque important d’accident

La conduite d’une voiture de façon responsable incombe à tout automobiliste et s’apprend de base à l’auto école. Cela est censé limiter les risques d’accident dus au manque d’expérience des jeunes conducteurs. C’est aussi pour garantir cela que, lors des séances de pratique du cours de code, le futur conducteur est assisté par un moniteur.

A découvrir également : Comment enlever les rayures profondes d'une voiture ?

À l’issue de la théorie et de la pratique, l’autorité publique impose au débutant en conduite, un examen à l’issue de l’apprentissage, afin qu’il puisse obtenir son permis. Un examinateur observe vos manœuvres, mais également si vous respectez la vitesse autorisée.

Malgré toutes ces précautions, les débutants au Code de la route sont souvent tentés d’appuyer avec force sur l’accélérateur, parfois à cause d’un état de nervosité ou par empressement. Cette conduite nerveuse peut donc être à l’origine d’un accident dès les premiers mois au volant, car ils manquent d’expérience. Hormis les nouveaux conducteurs, les automobilistes expérimentés qui circulent à vive allure sont également impliqués et le plus souvent, ils causent des accidents de la circulation, parfois graves.

A voir aussi : Aménagements en métal ou en bois : quel est le meilleur investissement pour votre véhicule utilitaire

Une consommation excessive de carburant

Le manque de temps est souvent utilisé comme prétexte pour adopter une conduite nerveuse. Pour certains automobilistes, il leur est inadmissible de rouler lentement sur une route dégagée, même si cela revient à enfreindre les limitations de vitesse indiquées sur les panneaux. Malheureusement, le fait de conduire à grande vitesse épuise considérablement le carburant de l’automobile.

En effet, tout s’explique lors des mécanismes de freinage et de réaccélération au cours desquels il y a surconsommation. Il est dit qu’environ 40 % du carburant est sollicité au cours d’une conduite accélérée au volant.

Un budget carburant plus élevé

La conséquence directe de l’épuisement rapide du carburant suite à une conduite nerveuse est l’achat régulier de carburant. La différence s’observe rapidement, car en tant que conducteur, vous constatez que la fréquence entre deux pleins est de plus en plus rapprochée.

Le budget alloué mensuellement au carburant devient insuffisant et il devient nécessaire de l’augmenter. Vos charges mensuelles pour l’utilisation de votre véhicule ne cesseront donc de croître. Il faut tout de même souligner que cette réalité devient votre quotidien si vous avez l’habitude de rouler à vive allure.

L’usure rapide des pneumatiques

Une conduite agressive au volant de votre véhicule vous oblige à exercer une forte pression sur les freins. Lorsque vous adoptez cette attitude, ce sont les pneumatiques qui en subissent les conséquences, car ils s’usent rapidement et n’atteignent plus la durée de vie et de fonctionnement prévue par les fabricants.

En dehors de la détérioration progressive des pneus, il y a un problème d’adhérence qui s’ensuit puisque la gomme abîmée glisse sur les chaussées en mauvais état. Il y a également un dérapage du véhicule qui peut survenir. Des dégâts importants aussi bien matériels et corporels peuvent être enregistrés à l’issue d’un incident de la route.

Encore une fois, vous dépensez fréquemment de l’argent pour vous rééquiper en pneumatique.

Une conduite plus dommageable pour l’environnement

Les voitures figurent en haut de la liste des sources de détérioration de l’environnement. Elles sont indexées à cause du CO2 qu’elles produisent. Lorsque vous conduisez à vive allure, vous augmentez le volume de CO2 dans l’air. À cela, s’ajoute la consommation abusive de votre automobile en carburant.

À l’heure de la transition écologique, il est important d’adopter une écoconduite au volant de votre véhicule. Vous parviendrez ainsi à amoindrir votre impact en tant qu’usager de la route. C’est aussi une bonne manière de commencer par réduire de 10 % au moins la surconsommation de carburant.

La conduite nerveuse en circulation est condamnée par les forces de l’ordre, car elle a des conséquences graves pour tous les usagers de la route. Le conducteur, en cas d’interpellation, écope de surcroît d’une amende, que ce soit en centre-ville ou sur l’autoroute.