Peut-on garder une urne funéraire chez soi ?

À l’issue d’une crémation, les cendres du défunt sont disposées dans une urne funéraire quelle qu’elle soit (granit, résine, biodégradable, soluble, etc.) et sont récupérées par la famille au crématorium généralement une semaine après la crémation.

Par la suite, la question est : peut-on garder une urne funéraire chez soi ?

Lire également : Quelle odeur fait fuir les puces ?

La réponse est non. L’époque où l’on pouvait poser l’urne sur le dessus de la cheminée est terminée car depuis une loi de 2008, il est totalement interdit de garder des cendres humaines et même animales chez soi. Sont exceptées les personnes qui possédaient déjà cette urne avant cette année. Afin de faire perdurer et respecter cette loi, il y a de nombreuses solutions qui ont été mises en place pour rendre hommage au défunt.

Que peut-on faire des cendres ?

Inhumer les cendres dans un cimetière

Dans le cas où la famille est propriétaire d’une concession funéraire (emplacement pour cercueils et urnes), l’urne pourra être inhumée en pleine terre ou dans le caveau selon la disposition de la sépulture. Si la concession est recouverte d’une pierre tombale, l’urne pourra également être scellée sur le monument funéraire.

A lire également : Comment personnaliser son environnement ?

De plus, tous les cimetières français disposent d’un espace cinéraire. Si la famille possède une concession cinéraire (concession uniquement réservée aux urnes) le processus est le même.

La dernière option est de placer l’urne dans une case de columbarium qui sera scellée par la suite. L’identité du défunt pour être gravée sur une plaque à visser sur le devant de la case.

Dans le cas contraire voici d’autres solutions :

 

Inhumer les cendres sur une propriété privée

Si le défunt était propriétaire du terrain, il est possible d’inhumer ses cendres s’il en a fait la demande de son vivant.

Si la personne décédée n’était pas propriétaire du terrain, une demande d’autorisation auprès du propriétaire est obligatoire pour pouvoir procéder à l’inhumation. Si l’accord n’est pas donné, celle-ci sera impossible.

 

Disperser les cendres

La dispersion des cendres peut se faire au jardin du souvenir / jardin cinéraire qui est un endroit spécial au sein du cimetière ou au sein du crématorium dédié à la dispersion des cendres.

La dispersion des cendres est désormais interdite dans les lacs et rivières, mais peut se faire en pleine mer à une certaine distance des côtes. Pour se faire, les cendres doivent être placées dans une urne soluble (à base de sable, sel, maïs reconstitué, céréales etc…) qui se désagrège rapidement au contact de l’eau.

Une autre option ? La dispersion des cendres dans la nature : comme pour l’inhumation, elle peut se faire sur un terrain privé sous réserve de l’accord du propriétaire. La famille doit également obtenir l’accord pour venir se recueillir quand elle le souhaite.

La dispersion peut également se faire en pleine nature (hors voie publique) toujours avec l’accord obligatoire du maire de la commune.

 

Le sujet de l’après crémation peut être un choix difficile pour les familles. C’est pour cela que le crématorium peut conserver durant 1 an, les cendres du défunt à compter du jour de la crémation.
Pour faire ce choix, il existe aujourd’hui de nombreuses alternatives au fait de garder les cendres chez soi. Entre l’inhumation en cimetière ou sur propriété privée et la dispersion en mer ou en pleine nature, les familles peuvent trouver une solution. Dans tous les cas, les proches auront la possibilité de venir se recueillir sur le lieu qui aura été choisi.