Les grands jardins de vos banlieues bretonnes tranquilles sont les lieux, où, à toutes saisons, vous aimez vous promener, où vos enfants jouent au ballon, où vous prenez parfois vos repas, à l’ombre d’un grand parasol, lorsque le temps le permet, ou encore un lieu que vous aimez chouchouter de vos propres mains, en le fleurissant de toutes sortes de plantes. Ici une rocaille, là-bas un massif très fleuri, ou encore une murette couverte d’un rosier grimpant ou d’une glycine.

Mais c’est de créer une haie qui demande le plus d’efforts et de patience, car elle ne pousse pas en un jour, et l’écrin qui doit renfermer le lieu intime qu’est votre jardin, mérite conseils professionnels et attention de tous instants.

Un choix judicieux

Il existe différentes sortes de haies, que chacun défini selon son propre goût, pour réaliser la haie parfaite. Sachez qu’en fonction de l’envergure de vos envies, si vous êtes amené à effectuer des travaux, une prime economie energie peut vous être offre si vous effectuer des travaux dit écologique. Revenons en à nos haies. Aillée ou libre, colorée ou entièrement verte, haute ou basse, productive ou décorative, il faut faire des choix avant de planter, choix qu’il faut mûrir longtemps, et non seulement en fonction de vos goûts, mais aussi du climat, de la terre dans laquelle vous ferez vos plantations, et de la fonction de cette haie. Est-elle faite pour vous cacher des regards intrus ? Ou au contraire pour mettre en valeur votre charmant petit cottage, que vous aimez exposer aux yeux de tous ?

Tout d’abord, il est déconseillé de choisir une espèce unique : il faut associer au moins trois espèces pour que les changements dus aux saisons ne dénaturent pas la haie, pour que les attaques parasitaires soient moins violentes et pour que la haie devienne peu à peu impénétrable. Les distances de plantations sont variables d’une espèce à l’autre. S’il s’agit de conifères, laissez environ 80 cm entre chaque arbustes et n’oubliez pas la location motoculteur pour labourer correctement la terre à moindre coût. Cette distance peut varier selon le choix que vous faites de constituer une haie très fournie ou plus libre. S’il s’agit d’arbustes persistants, cette distance varie entre 50 cm et 1 m, selon la taille de l’espèce.

Différentes espèces pour différentes haies

Il est difficile de bien choisir, et il faut souvent trouver la perle rare, surtout lorsqu’il s’agit d’une association de plusieurs espèces : il faut qu’elles fleurissent à différentes périodes, pour une haie continuellement parfumée, qu’elles poussent dans les mêmes conditions de sol et climatiques, et qu’elles puissent atteindre des tailles à peu près égales. C’est pourquoi il faut un peu de temps pour planter dans les meilleures conditions.

Abélia

Avec ses rameaux arqués et légers, sa floraison estivale longue et parfumée et son feuillage persistant, l’abélia est intéressante à mettre en haie, bien qu’elle ait sa place également en massif ou isolée. L’arbuste se plante entre printemps et été, tous sols lui conviennent, mais il lui faut du soleil. Il suffit de raccourcir les rameaux les plus hauts en chaque débuts d’année, en guise de taille. Vous avez ainsi une haie plutôt libre, mais qui pousse vivement et vous protégera des regards, puisque l’abélia peut monter jusqu’à trois mètres.

Buis

Le buis servira rarement à vraiment vous protéger des regards indiscrets, bien qu’il puisse atteindre six mètres de haut, car sa pousse est très lente, propice à former des topiaires ou des haies compactes. A planter en septembre et octobre, ou avril et mai, le buis fleurit entre les mois d’avril et mai, de petites fleurs jaunes très discrètes au parfum agréable. Il se plante sous n’importe quelle exposition, mais exige un sol bien drainé.

Eléagnus

Croissance rapide, feuillage très vert et résistant aux vents, culture facile : l’éléagnus s’impose aujourd’hui comme arbuste de haie ou brise vent. Il a en revanche des besoins un peu délicats, notamment un bon ensoleillement, et un sol assez riche et très bien drainé. Néanmoins, il peut être planté toute l’année, avec une préférence de mars à mai, ou de septembre à novembre. Sa floraison est assez discrète, en automne, mais l’éclat de ses feuilles dure toute l’année. Il peut atteindre trois mètres de haut.

Houx

Le houx, fidèle à sa réputation, est l’une des espèces persistantes des plus rustiques : il supporte l’hiver en fructifiant de belles baies rouges, de septembre à mars, fruits obtenus grâce à l’association de plantes mâles et femelles. Son feuillage peut également arborer de belles couleurs : ses feuilles saillantes, très vertes, bordées d’un liseré clair, accompagné de boules rouges, sont tout à fait dans l’esprit des fêtes de fin d’année. En revanche, alors qu’il est peu difficile sur l’exposition (l’ombre ou le soleil ne changent guère le fil de sa pousse), le houx réclame un sol assez frais et riche, et un arrosage assez abondant, tous les dix jours. Enfin, son feuillage piquant en fait une haie plutôt repoussante, éloignant les visiteurs indésirables.

Pour constituer votre haie, vous pouvez également choisir le laurier palme ou le laurier tin, tous deux d’une grande vigueur, l’osmanthe, qui se couvre d’un magnifique manteau de fleurs blanches en période de floraison, le berbéris, changeant de couleur selon les saisons, ou le fusain, dont les différentes espèces s’accommodent des climats doux ou froid.

Et maintenant, à vos haies, prêts, partez !

24 ans. Rédactrice web indépendante / Formatrice en rédaction web. Autoentrepreneuse. Ex. Digitaleo. Spécialisée dans les univers lifestyle, mode, voyage et actu.