Peut-on vapoter en conduisant ?

La cigarette électronique est une bonne aide pour arrêter de fumer. Si certains fumeurs avaient l’habitude de conduire en fumant, ils sont tentés également de vapoter en conduisant. Est-ce dangereux et est-ce légal ? On répond à ces questions.

Conduire une voiture avec une cigarette électronique

Dans un premier temps, on va se pencher sur la loi. Que dit-elle ?

A lire en complément : La torréfaction de café, comment ça marche ?

Le code de la route est très clair :

L’article R412-6 (Modifié par Décret n°2008-754 du 30 juillet 2008 – art. 15) indique :

A découvrir également : Quelle couleur pour un cabinet médical ?

II.-Tout conducteur doit se tenir constamment en état et en position d’exécuter commodément et sans délai toutes les manœuvres qui lui incombent. Ses possibilités de mouvement et son champ de vision ne doivent pas être réduits par le nombre ou la position des passagers, par les objets transportés ou par l’apposition d’objets non transparents sur les vitres.

Selon le code de la route, il est donc interdit d’être distrait par quoi que ce soit pouvant entraver l’habilité à manœuvrer du conducteur. S’il vapote, il ne peut pas avoir ses deux mains sur le volant, ce qui implique un risque de ne pas parfaitement contrôler son véhicule.

Cependant, il n’est pas écrit noir sur blanc qu’il ne faut pas fumer ou vapoter dans sa voiture. La seule chose qui est interdite formellement en France, c’est de fumer à proximité d’un mineur dans un véhicule.

Cet interdit provient de l’article L3512-9 du Code de la santé publique :

Il est interdit à tous les occupants d’un véhicule de fumer en présence d’un enfant de moins de dix-huit ans.

Par conséquence, il est également interdit de vapoter à proximité d’un mineur dans une voiture, même si le vapotage passif n’a rien à voir en matière de dangerosité avec le tabagisme passif. L’amende pour ce geste peut monter à 750 euros.

Est-il raisonnable de conduire en vapotant ?

Si certaines personnes affirment que la loi est floue et qu’il est donc possible de la contourner en fumant ou en utilisant une cigarette électronique dans leur voiture. Les adeptes de petites cigarettes électroniques discrètes et ayant une bonne prise en main, comme celles de Vaporesso, affirment parfois qu’il n’y a rien de dangereux. Pourtant, ce n’est pas vraiment le cas !

Déjà, une e-cigarette produit de la vapeur. Même si elle se dissipe très vite, bien plus que la fumée de cigarettes, elle peut cacher la visibilité un instant au conducteur. Un instant d’inattention qui peut se révéler fatal ! Vapoter au volant, c’est aussi s’exposer au risque de lâcher l’objet, par exemple à ses pieds, obligeant ainsi à tâtonner pour le retrouver, ce qui est extrêmement dangereux. Pour votre sécurité, vapotez sur les aires de repos en même temps que vous faites une pause pour conduire en parfaite forme !

Ne remplissez jamais le réservoir de e-liquide au volant, sous peine d’être déconcentré et là encore de risquer de faire tomber des choses par terre. La concentration à bord d’un véhicule doit être optimale pour ne pas créer d’accident potentiellement mortel. Si une conduite hasardeuse est observée par la police, vous êtes passible de 35 euros d’amende, une somme qui peut largement grimper en fonction de la dangerosité de votre conduite.

Dites-vous que la France n’est pas la pire pour la verbalisation des vapoteurs. En Belgique, l’amende est de 1000 euros et en Angleterre, il équivaut à plus de 2000 euros et peut se solder en retrait de permis. Il est donc raisonnable de s’abstenir d’utiliser sa e-cigarette lorsque l’on conduit ! Quand le besoin de nicotine se fait ressentir, rien ne vaut une pause café.