CP_Mohon_2

Energie Eolienne France (eef Sas), société du groupe eno energy spécialisée dans le développement de projets éoliens, met actuellement en service le parc éolien de Mohon, dans le Morbihan. Les 10 éoliennes de 2000 kW de ce parc culminent à une hauteur de 105 mètres et devraient assurer un rendement électrique de plus de 50 MWh par an, favorisant ainsi l’indépendance énergétique de la région.

Un important rendement électrique

Implanté dans une région propice à l’éolien, le parc de Mohon dispose en effet de turbines de grande qualité permettant de belles performances et d’excellents rendements électriques, comme l’explique Eric Sauvaget, directeur général d’eef Sas :

 » Il va offrir aux populations locales et à leurs élus un important rendement électrique, tout en favorisant l’indépendance énergétique de la région. La ligne directrice d’eef Sas est la proximité, gage d’une véritable pérennisation sur un territoire. Pour nous, l’éolien n’est pas un produit spéculatif. Nous ne sommes pas des investisseurs mais des développeurs et des opérateurs. Notre objectif est de s’impliquer dans les territoires pour générer des partenariats « 

Des avantages pas toujours reconnus

Le parc éolien de Mohon a pour avantages majeurs d’offrir à la région un moyen de production d’énergie de proximité, ainsi que des retombées fiscales et économiques positives. Il a néanmoins  fait l’objet de critiques, essentiellement fondées, pour eef Sas, sur des idées reçues :  » Nous sommes soucieux de la qualité de nos parcs et de leur impact environnemental, comme de la sécurité et du bien-être des riverains. Nous veillons donc à respecter toutes les mesures de précaution nécessaires. Il y a beaucoup d’idées reçues dans les peurs exprimées vis-à-vis des projets éoliens, qui dénotent souvent un manque d’ouverture autant que de références crédibles et objectives « , indique Eric Sauvaget.

Parmi les critiques formulées, le bruit occasionné par les éoliennes revient par exemple fréquemment, bien que l’impact sonore d’une éolienne soit de seulement 35 décibels (soit le bruit ambiant d’une chambre à coucher) et que la réglementation sur les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE) soit la plus exigeante en Europe. De même, l’impact visuel est souvent cité par les détracteurs, bien qu’il soit jugé par la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) et la Commission des sites, après une étude paysagère approfondie.

Une enquête réalisée en Bretagne auprès d’une centaine de foyers proches d’un parc éolien (« Etudes et territoires, le cas de Plouarzel », Université de Bretagne Occidentale, mémoire de master d’économie, Fanny Allard, Erwan Baconnier, Gaëlle Vépierre) indique d’ailleurs qu’à l’échelle locale, « l’éolien ne présente que peu d’inconvénients pour des avantages certains, et contrairement au nucléaire, un parc éolien est réversible sans conséquences persistantes à long terme ».

La démarche d’eef Sas

Dans ce contexte, la société eef Sas a choisi une démarche volontariste : pour l’ensemble de ses projets, elle propose une approche participative, avec interaction locale et transparence, et la possibilité pour les riverains et les collectivités d’entrer au capital de la société d’exploitation. eef Sas intègre également une démarche paysagère dans toutes ses études d’implantation des parcs, en allant au-delà de la réglementation ICPE, avec des études dans un rayon de 20 km au lieu des 15 km requis, la réalisation de vidéo-montages en plus des photos requises, pour plus de précision, et une évaluation supérieure de l’impact paysager, pour une meilleure adaptation.

38 ans. Web Innovateur. En plein lancement d’une start-up innovante dans l’univers du web et des transports. Ancien consultant en stratégie digitale. Touche à tout.